CONFÉRENCE du lundi 29 mars 2004 :
L’exemple de Prague dans la Tchécoslovaquie de l’entre-deux-guerres. Auditorium Henri Focillon, Musée des Beaux-arts de Lyon 20, Place des Terreaux à Lyon 

Longtemps restée dans l’ombre de Vienne, capitale de l’empire austro-hongrois, Prague devient la capitale de la Tchécoslovaquie en 1918. Au début des années 1920, la République nouvellement créée s’engage dans la construction de logements sociaux et très vite cette politique permet aux architectes de l’Avant-garde d’expérimenter de nouveaux types de logements collectifs. 

Leurs propositions, primées lors des concours, poursuivent l’ambition de réorganiser la ville contemporaine. Alors que dans l’entre-deux-guerres, l’architecture du logement social se confond de fait avec la recherche d’une nouvelle identité, depuis 1989, dans le nouveau contexte politique, rien ne semble plus difficile que de concilier la production massive de logements et la singularité de l’image de la capitale. Quelle mémoire référentielle la modernité. 

Cette conférence s’inscrit dans un cycle de réflexions et d’échanges sur la question de l’habitat social présentée par le Conseil d’Architecture, d’Urbanisme et de l’Environnement du Rhône en partenariat avec la Ville de Lyon et le Musée des Beaux-arts de Lyon.