Mardi 4 mai 2004 à l’Hôtel de Ville de Lyon.

Étaient présents, toutes les associations membres de la Maison de l’Europe ainsi que tous les représentants officiels des nouveaux pays, notamment le consul de la République Tchèque, Monsieur Duquenne.

Le Maire de Lyon, Monsieur Collomb a souhaité la bienvenue aux nouveaux pays membres de l’Union Européenne en faisant un récapitulatif historique et en conviant chacun à un buffet très réussi.

Les conséquences de l’élargissement de l’Europe Par Alain SOUBIGOU, conférencier

Nous avons eu le grand plaisir d’assister à la conférence « La République tchèque vers l’Union Européenne » animée par, Alain Soubigou, Maître de conférences en histoire de l’Europe centrale contemporaine à la Sorbonne-Paris I.
Cette conférence s’est déroulée le 27 mai au centre culturel « Espace Régis Lesort », 109, Boulevard de la Croix Rousse, Lyon 04. 

C’est la deuxième fois qu’Alain Soubigou nous fait l’honneur de venir à Lyon et d’animer une conférence pour l’association Franco-Tchèque Franco-Slovaque. La précédente parlait du premier président de la Tchécoslovaquie, Tomáš Garrrigue Masaryk (1850-1937) sur lequel M. Soubigou a écrit un livre « Thomas Masaryk ». 

Cette conférence était d’actualité car depuis le premier mai, la République tchèque fait partie de la Communauté Européenne, et c’était tout à fait l’occasion de retracer au plan économique, politique et social, les évènements, intervenus depuis 1989, dans ce pays. 

Depuis cette date, la République tchèque a connu deux évènements majeurs, d’une part, la séparation avec la Slovaquie (en 1993) et d’autre part, le changement politique (avec Vaclav Havel, un homme issu de la dissidence et qui est à la base connu comme artiste. Il cède sa place en février 2003 à Vaclav Klaus, également issu de la dissidence mais d’un milieu « économiste »). 

M. Soubigou explique comment le nouveau gouvernement de 1989, avec de bonnes idées sur le plan économique, échoue et ainsi crée une déception qui s’étend peu à peu dans l’esprit des Tchèques. Ce constat est très important et intéressant car même aujourd’hui, nous pouvons observer un certain pessimisme chez les Tchèques, que les gens venus d’ailleurs ont du mal à interpréter. 

Une deuxième réflexion mérite une attention particulière. Selon M. Soubigou, le royaume ou l’état tchèque a été toujours gouverné par des hommes « érudits » s’intéressants aux arts, langues…. Prenons l’exemple de Karel IV. (14ème siècle), éduqué à la Cour de France, ou bien Tomáš Garrigue Masaryk ou encore Vaclav Havel. 

M. Soubigou a souligné que ce « règne » n’a été interrompu qu’à deux reprises, par les Communistes et par Vaclav Klaus. A présent la République tchèque connaît une expansion sur le plan touristique, notamment Prague et ses alentours. Par ailleurs, beaucoup d’entreprises étrangères y investissent et exploitent le potentiel de ce pays qui se trouve à la fois dans la main d’œuvre et dans la qualité du travail fourni. 

Même si la République tchèque n’est qu’au 33ème rang mondial, notamment du point de vue des salaires, elle a un grand potentiel sur différents plans (culturel, industriel, touristique…) qui mérite d’être découvert et exploité à sa juste valeur pour non seulement le développement intérieur mais également européen. Comme l’a dit Vaclav Havel lors des élections européennes en République tchèque (11.06.2004), « aujourd’hui, l’avenir de la République tchèque est étroitement lié à celui de l’Europe. »