Association Franco-Tchèque de Lyon / Česko-francouzská asociace v Lyonu

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Entres pour le Mot-clé "Histoire"

Fil des billets - Fil des commentaires

Un nouveau regard sur les Habsbourg

mercredi 10 février 2016, par Gilles

couv_ferdinand_le_debile.jpg Vers le 15 février paraitra aux Editions Jeanne d'Arc du Puy en Velay "Ferdinand le débile", de Jean-Luc Dousset. Il s'agit de la biographie de l'empereur d'Autriche Ferdinand 1er, ayant régné entre 1835 et 1848, date à laquelle il abdiqua en faveur de son neveu François-Joseph, l'époux de Sissi. Ferdinand victime des mariages consanguins souffre de nombreuses déficiences physiques et manifeste un esprit simple mais non sot !

L'occasion de poser un nouveau regard sur les Habsbourg...
L'ouvrage sera disponible via le site des éditions Jeanne d'Arc, ainsi que sur les plateformes habituelles (FNAC, Amazon...)

film "L'Aveu", de Costa-Gravas, à l'Institut Lumière de Lyon

vendredi 18 septembre 2015, par Gilles

L'AveuL'Institut Lumière de Lyon programme "l'Aveu", un film de 1970 dénonçant les purges Staliniennes dans la Tchécoslovaquie des années 50.

À Prague en 1951, un haut responsable politique tchécoslovaque se retrouve accusé d'espionnage au profit des États-Unis. Tout est fait pour lui extorquer des aveux de crimes qu'il n'a pas commis...

Présenté en copie restaurée en avant-première mondiale.
(Fr/Italie, 1970, 2h18, avec Yves Montand, Simone Signoret, Gabriele Ferzetti, Michel Vitold)
  • Mardi 22/09 à 21h
  • Mercredi 23/09 à 21h
  • Vendredi 25/09 à 21h
  • Samedi 26/09 à 18h

Plus d'information sur le site de l'Institut Lumière

Conférence : l'histoire de la Bohême sous les Habsbourg

samedi 2 mai 2015, par Gilles

le jeudi 21 mai 2015 à 19h30
Maison de l'Europe et des Européens
242 rue Duguesclin, Lyon 3ème.

Suite au succès de notre première conférence "Essor et crises de la Bohême au Moyen-Âge", nous vous proposons de poursuivre l'aventure...
 
Qu'est-ce que la Tchécoslovaquie? D'où vient cet Etat disparu en 1993? Alors que le royaume de Bohême sort très affaibli des crises qui le traverse à la fin du Moyen Âge, la dynastie des Habsbourg apparaît comme le rempart de l'Occident face à la menace ottomane. La Bohême devient habsbourgeoise en 1526 pour quatre siècles au cours desquels elle disparaît de la scène internationale et subit la domination de la cour de Vienne. Mais dès la fin du XVIIIe siècle apparaît un mouvement d'émancipation nationale qui aboutit à une expérience politique originale, l'union des Tchèques et des Slovaques, au lendemain de la Grande Guerre.

Soyez nombreux à venir découvrir l'histoire de la Bohême sous les Habsbourg (1526-1918) le jeudi 21 mai à 19h30 à la Maison de l'Europe.
 

Cette conférence sera animée par Arthur Perodeau, membre de l'AFTL et étudiant en Histoire de la Bohême Médiévale à l'ENS de Lyon.
(participation libre)

Voir l'affiche (format PDF)

Essor et crises de la Bohême au Moyen-Âge

mercredi 25 mars 2015, par Gilles

Pour celles et ceux qui n'auraient pu assister à la conférence historique donnée par Arthur Perodeau le 12 mars dernier, voici au moins de quoi vous rattraper un peu : le texte support de la conférence est en ligne.

Merci à Arthur pour la publication de ce texte !

Conférence sur l'histoire de la Bohême au Moyen-Age

samedi 14 février 2015, par Gilles

Flyer_Arthur_ConfHist_P1_mars2015_V4.jpgle jeudi 12 mars à 19h30
Maison de l'Europe et des Européens
242 rue Duguesclin, Lyon 3ème.

 
De Prague, les touristes garderont le souvenir de ses plus beaux monuments : la cathédrale Saint-Guy, le pont Charles ou la place Venceslas. La richesse patrimoniale de la République Tchèque et de sa capitale prend ses racines au Moyen Âge, une époque mal connue du grand public. Pourtant, durant cette période, le royaume de Bohême a connu un essor considérable et a su se tailler une place au cœur de l'Europe, à tel point que Charles IV en a fait la capitale du Saint-Empire romain en 1355.

Venez nombreux découvrir comment le peuple bohème s'est constitué en duché puis en royaume jusqu'à devenir l'une des puissances majeures de l'Occident médiéval et de décliner finalement pour entrer dans la domination des Habsbourgs au début du XVIème siècle.
 

Cette conférence sera animée par Arthur Perodeau, membre de l'AFTL et étudiant en Histoire de la Bohême Médiévale à l'ENS de Lyon.
(participation libre)

Voir l'affiche (format PDF)

Un tour du "Czech Made" qui a percé

mardi 26 août 2014, par Wilfried

Le site internet Radio Prague a passé en revue durant l'été les plus célèbres créations tchèques. il s'agit de produits qui ont dépassé ou dépassent encore largement les frontières de la République Tchèque.

photo.jpgVous pouvez retrouver tous ces articles ci-dessous : un bon moyen de se réapproprier ce patrimoine qui rappelle forcément quelque chose à chacun de nous !

La Remoska

Le pavot

Les véhicules Škoda

L'explosif Semtex

Le disque vinylePetrof_Logo.png

Le cheval Kladruber

Les chaussures Bata

Le knedlik

Les motos Jawa

0020_999_1389774741_Avast-Logo_256.pngLe logiciel antivirus Avast

La bière

Le nohejbal

Les véhicules Tatra

Les pianos Petrof

Le 18/12, journée "Krátké kalhoty pro Václava Havla" ("Pantalons courts pour Václav Havel")

dimanche 8 décembre 2013, par Wilfried

373042_431541860242972_1588819606_n.jpgDans quelques jours, en République tchèque et ailleurs dans le monde va être commémorée la mort de l'ancien président Václav Havel, survenue le 18 décembre 2011. Comme il est habituel de nos jours, un symbole fort a été choisi pour identifier et afficher cet évènement. Il s'agit du "pantalon court".

Mais quel est la signification de cette "journée des pantalons courts" ? Elle fait écho à une anecdote entourant la cérémonie d'investiture de Václav Havel à la présidence. Ce jour-là, il apparaît en public vêtu d'un pantalon manifestement trop court, qui laisse même apparaître ses chevilles.

Interrogé sur ce fait, Havel affirma que ce pantalon n'était pas trop court mais simplement retroussé. Il n'avait juste pas eu le temps de le ré-ajuster avant d'enchaîner les étapes de la cérémonie. Cette anecdote s'explique au regard de l'histoire personnelle de Havel. Alors qu'il était en prison, ses geôliers venant le chercher l'interpellait souvent de cette manière : "Havel, rendez-vous présentable". Il avait donc pris l'habitude d'apprêter ses pantalons de cette manière. Depuis cette épisode, il a perpétré ce geste à l'occasion des évènements solennels ou dramatiques.

Plus d'infos sur le mouvement "Krátké kalhoty pro Václava Havla" : Site internet, Facebook .

Le retour du "Made in Czechoslovakia"... vrai projet ou chimère ?

mercredi 4 décembre 2013, par Wilfried

Octobre 2005

Le Premier ministre tchèque, Jiri Paroubek, émet publiquement le souhait que soit à nouveau employé le nom "Tchécoslovaquie", à des fins commerciales.

Selon le chef du gouvernement, « peu de gens à plus de 300km de nos frontières se sont aperçus que nos deux pays étaient séparés ». « Utiliser cette marque commerciale serait bon aussi bien pour la Tchéquie que pour la Slovaquie », a poursuivi Jiri Paroubek, en affirmant que le « made in Czechoslovakia » jouissait encore d'un certain prestige et pourrait être utilisé comme le font certains producteurs des pays baltes avec le « made in USSR ».

En dépit des espoirs du Premier ministre, ce projet ne rencontre pas l'enthousiasme escompté. Côté tchèque, cette idée parait rétrograde au ministère des Affaires étrangères, qui préfère conserver le terme "tchécoslovaque" pour la coopération, notamment humanitaire. Côté slovaque, cette proposition se fait insultante et ne provoque qu'un rappel glacial aux règles commerciales de l'Union Européenne.

Source : Radio Prague

the-scissors-safety-match-solo-works-made-in-czechoslovakia-p2330z111251u_0.png

Décembre 2013

Il paraît qu’une partie de la population mondiale ne s’est toujours pas aperçue de l’éclatement de la Tchécoslovaquie, survenu il y a tout juste vingt ans. C’est du moins ce qu’a affirmé le Premier ministre slovaque Robert Fico lors de sa visite officielle, la semaine dernière à Prague. Partant de cette hypothèse, il a proposé à son homologue tchèque Jiri Rusnok de tenter de ressusciter avec lui la marque "Made in Czechoslovakia".

Selon M. Fico, les produits portant cette marque avaient eu une bonne cote dans de nombreux pays. Ce ne serait hélas pas le cas des nouvelles marques déposées, liées aux Etats successeurs – Czech made et Made in Slovakia – qui n’auraient pas réussi à se forger de renom véritable.

Les arguments du Premier ministre slovaque ont rencontré un écho positif chez son homologue tchèque et les deux hommes ont pu trouver un accord de principe à ce sujet. Dès l’année prochaine, les deux chefs de l’exécutif pourraient même entreprendre des voyages communs à travers le monde pour promouvoir ensemble les produits de leurs pays.

Source : Rue89

Un brin de nostalgie ? Visitez donc madeinczechoslovakia.org .

Le Vinyl... un savoir-faire tchèque qui mise sur un marché à la pointe

dimanche 10 novembre 2013, par Wilfried

gramofon_velky.jpgOn les disait condamnés face à la déferlante des supports électroniques, mais le gramophone et le disque vinyle connaissent depuis deux ans une renaissance mondiale, dont seuls quelques producteurs, restés fidèles à des savoir-faire jugés dépassés, ont pu bénéficier.

C'est le cas de la société tchèque GZ Digital Media, sise à Lodenice (près de Prague), qui est ainsi devenue le premier producteur mondial de disques vinyles – et l'un des plus grands fabricants de CD et DVD. GZ Digital Media presse désormais des disques pour presque tous les labels européens et nord-américains.

Elle n'est pas la seule à entretenir la tradition de l'industrie du disque de l'ex-Tchécoslovaquie communiste, qui produisait chaque année, pour tous les pays du bloc soviétique, des centaines de milliers de tourne-disques et chaînes hi-fi. La firme SEV de Litovel –(à deux cents kilomètres à l'est de Prague) est aussi le premier fabricant de gramophones au monde, avec 54 000 appareils vendus en 2012 sous le label Pro-Ject Audio Systems de son distributeur exclusif autrichien.

Pourtant, il y a quinze ans, l'usine SEV , fondée en 1953 dans le cadre du conglomérat d'électronique Tesla, était au bord de la faillite et de la fermeture : elle ne produisait plus que 6 000 exemplaires.

Source : Le Monde .


35 ans pour la ligne A du métro de Prague - les liens souterrains Vieille Ville-Ville Nouvelle à Prague et à Lyon

vendredi 16 août 2013, par Wilfried

praha_2203.jpgEn août 1978, la ligne A du métro a été livrée aux habitants de Prague. Elle constitue une liaison moderne et symbolique entre les deux rives de la Vltava. A sa mise en service, elle comptait seulement sept stations pour un tracé de 4,7 kilomètres avec comme terminus Leninova (aujourd'hui Dejvická) et Náměstí Míru. L'année prochaine, une nouvelle phase d'extension de la ligne A s'achèvera pour offrir quel nouvelles stations et l'accès à l'hôpital Motol.

23 ans plus tard (en septembre 1991), la ville de Lyon se dote d'une liaison similaire de part et d'autre du fleuve. La ligne de métro D relie à l'époque les stations Gorge-de-Loup et Grange Blanche. Elle constitue alors une première mondiale puisqu'elle est entièrement automatisée dès fin 1992.

Source : Radio Prague, metroweb.cz

Le Café Fanta reprend du service en gare en 2014

lundi 29 juillet 2013, par Wilfried

hlavak_fantova_kavarna3.jpgDepuis quelque temps, le cœur historique de la gare principale de Prague ( hlavní nádraží ) est fermé au public. La salle du dôme abritant le Café Fanta ( Fantova kavárna ) est actuellement en rénovation, faisant suite aux travaux de modernisation de la gare amorcés en 2005.

Il s'agit de redonner une nouvelle jeunesse au bijou d'architecture et de décoration art nouveau pensé par Josef Fanta, en offrant au public notamment un nouveau café-restaurant. La rénovation du lieu doit être achevé au printemps 2014.

Source et pour plus d'infos : Radio Praha

Reconstruction de la colonne mariale sur la place de la Vieille-Ville

mardi 26 mars 2013, par Wilfried

Ce mardi 26, le conseil municipal de Prague a voté en faveur de la reconstruction de la colonne mariale. Celle-ci s'élevait sur la place jusqu'en 1918, année durant laquelle elle fut mise à terre par un groupe anarchiste.

colmar1.jpg

Erigée en 1652, haute de 15 mêtres et surmontée d'une Vierge, cette colonne rendait hommage à la résistance des habitants de ce quartier de Prague contre les troupes suédoises.

L’Association pour le renouveau de la colonne qui a vu le jour en 1990 a confié les travaux sur le renouveau du monument à l’atelier de sculpteurs et tailleurs de pierre de Petr Váňa. La conception de la nouvelle colonne a débuté dès 1996 avec la participation bénévole du sculpteur.

Pour plus d'informations sur le sujet, voir l'article sur le site de Radio Prague.

Débat "Divorces de velours ?" animé par Jacques Rupnik

mardi 19 février 2013, par Wilfried

La vidéo du premier débat du Cénacle européen du Centre tchèque est en ligne. Vous pouvez la découvrir sur YouTube :

ctp_debat1.jpg

cliquez pour lire la vidéo (1h18min)

Le débat a pour thème le divorce tchécoslovaque et la reproduction possible du phénomène ailleurs en Europe. Il est animé par le politologue Jacques Rupnik (CERI, Sciences-Po), avec la participation de Petr Drulák, directeur de l’Institut des relations internationales de Prague et Martin Šimečka, journaliste (SME, Respekt).

Source et plus d'infos : Centre tchèque.

1 timbre, 1 histoire : l'Enfant Jésus de Prague (Pražské Jezulátko)

vendredi 15 février 2013, par Wilfried

infantjesus1.jpginfantjesus2.jpgParmi les chopes, articles en cristal et autres vêtements à destination des touristes... il trône un souvenir plus traditionnel et moins évident : la statuette de l'Enfant Jésus de Prague (Pražské Jezulátko), orné de sa couronne et d'une robe colorée.

Présentée sur un timbre émis en 1991, cette figure fait partie de la riche histoire religieuse du pays. Il s'agit de la représentation de la statuette en bois et en cire qui est exposée depuis 1741 à l'intérieur de l'église Notre-Dame-de-la-Victoire (Chrám Panny Marie Vítězné), dans le quartier de Malá Strana de Prague.

Cette statuette de l'Enfant Jésus de Prague a une histoire mouvementée à l'image de celle de Prague et de la Bohême. Mais c'est son origine qui suscita dès le début un vaste élan de dévotion. En effet, la statuette aurait été sculptée par un moine en Espagne et possédée par Sainte Thérèse d'Avila. Cette dernière confia l'objet à une amie : Maria Maximiliena Manrique de Lara y Mendoza. Il se trouve que la fille de cette noble espagnole, Polyxène, épousa le prince Lobkowitz, généralissime de l'empereur et roi de Bohême Ferdinand II de Habsbourg. Après la mort du prince en 1628, Polyxène fit don de la statuette aux Carmélites, installés depuis peu à Prague.

Source et pour plus de détails : Wikipédia .

Pierres de Prague - Episode I

samedi 13 octobre 2012, par Wilfried

Selon la légende, le rabbin Loew façonna au XVIème siècle le Golem de Prague avec sa foi et de la simple argile. A partir d’une matière vile et inerte, il créa un être unique et aux pouvoirs surnaturels.

De même, depuis plus de 1000 ans, Prague a pris forme et vie que nous lui connaissons. Les hommes ont édifié pierre après pierre, brique après brique, cette cité aux multiples visages. Un mélange d’époques, d’architectures, de couleurs qui emportent sans cesse le regard et l’esprit dans un voyage historique et culturel.

Ensemble, les pierres de Prague forment alors un être vivant avec une esthétique et une âme propres. Nul parmi nous ne niera leurs pouvoirs...

Pierres de Prague épisode I : Une ville dans toutes ses dimensions !

Avec plus ou moins de succès, nous avons tous tenté de capturer un peu de Prague dans nos photos : un monument, une belle demeure, l’atmosphère qui règne ici ou là. Mais retranscrire Prague en plat sur carte postale n’est pas aisé. Aussi fidèle qu’il soit, le cliché est déjà bien réducteur. En effet, la ville occupe fièrement son espace et développe ses formes en hauteur, mais aussi en relief. Ainsi, la pierre se livre différemment, selon que nous la regardons à grande échelle ou à taille humaine…

Les clochers, tours et autres toits rehaussés rivalisent de formes pour toucher le ciel, et à chacun son style pour y parvenir. Érigés à de multiples fins, nous les apprécions pour leur symbole, leur histoire, leur beauté.

ar001_Schwarz1.jpgar001_Tyn1.jpgar001_NarodniDivadlo.jpg
ar001_bat2.jpgar001_ObDum1.jpgar001_bat1.jpg
De gauche à droite et de haut en bas : le palace Schwartzenberg (Schwarzenberský palác), église de Notre-Dame de Týn (Týnský chrám), le théâtre national (Národní divadlo), au coin de Králodvorská et U Prašné brány, la Maison municipale (Obecní dům), le palace Koruna (Palác Koruna).

Du plus majestueux, de l'incontournable, nous passons parfois au détail qui peut passer inaperçu. C'est souvent au hasard d'une promenade (ou d'un égarement) à l'écart des sentiers battus que des perles se découvrent. Être le nez en l’air peut être parfois opportun !

ar001_ToitFemme.jpgar001_JeuPaume.jpg
Voršilská 8, au coin de Jilská et de Vejvodova.

Tout en sachant rester humble, nous pouvons toujours prendre Prague de haut en mettant à profit ses belvédères. Jalonnés par les plus grandes flèches, on devine les quartiers, les places. Là où les touristes se pressent… Là où nous aimons battre le pavé…

ar001_EnHaut2.jpgar001_EnHaut1.jpg
Vue depuis la place devant le château (Hradčanské náměstí) à gauche et en haut de la tour de Petřín (Petřínská rozhledna) à droite.

C’est au pied du mur… que l’on voit le mieux les détails, la mise en relief de chaque bâtiment. Quand nous nous tenons juste devant elle, la pierre nous diffuse en retour toute sa fierté et son attraction.

ar001_rel_bat4.jpgar001_rel_bat3.jpgar001_rel_bat6.jpgar001_rel_bat5.jpg
De gauche à droite et de haut en bas : la tour poudrière (Prašná brána), le long de Masarykovo nábřeží, Na Příkopě 14, l'église St Jacques le Majeur (Kostel svatého Jakuba Většího).

Les pierres ont bien sûr plein de choses à dire et à montrer. Mais nous verrons cela dans les prochains billets. A suivre...

Jan PALACH - 11 août 1948 - 16 janvier 1969

lundi 16 janvier 2012, par Gilles

papir_foto.jpgLe 16 janvier 1969, Jan PALACH, étudiant à la Faculté des Lettres de l'université Charles de Prague, s'immolait par le feu pour protester contre l'invasion de la Tchécoslovaquie par les troupes du Pacte de Varsovie en août 1968. Il voulait réveiller les tchèques face à l'oppression communiste.

L'université Charles a mis en ligne aujourd'hui un projet multimédia qui présente des photos de son enfance, des documents audios, des réactions...

Pour accéder au site, cliquer sur le nom de Jan PALACH ci-dessous... (site en tchèque, anglais et polonais)

janpalach.jpg

Un hommage à Vaclav HAVEL : une chanson de Vladimír Mišík, chanteur populaire souvent interdit sous le régime communiste, " Jak se mně zjevil rok 89 v zimě léta Páně 2011"

mardi 27 décembre 2011, par Gilles

In memoriam - Vaclav HAVEL

jeudi 22 décembre 2011, par Gilles

Vaclav Havel
« L'élément tragique pour l'homme moderne, ce n'est pas qu'il ignore le sens de sa vie, mais que ça le dérange de moins en moins. » Vaclav HAVEL - 5 octobre 1936 - 18 décembre 2011

Quelques articles : LA CROIX, LE MONDE...

Un article en français sur le site de ČESKÝ ROZHLAS - RADIO PRAHA...

Le 21 août a marqué le destin de beaucoup de tchèques...

dimanche 11 mars 2007, par Gilles

Extrait d'un article de Radio Praha

« Tous ceux qui ont vécu cette journée triste ne l’oublieront jamais. Le 21 aout 1968, la Tchécoslovaquie s’est réveillée par un beau jour d’été qui pourtant différait beaucoup des autres. Le calme matinal était perturbe par le grondement des chars, dans les rues on entendait des ordres donnes en langue étrangère - le russe. Les troupes du pacte de Varsovie ont franchi la frontière du pays pour occuper la Tchécoslovaquie qui voulait bâtir le socialisme à visage humain . A l’époque, personne ne pouvait savoir que cette occupation allait durer 21 longues années et qu’elle va, ainsi que la normalisation politique qui suivait, détruire la vie de milliers de Tchèques qui ont refuse de s’y résigner. Parmi ceux qui ont paye cher leur protestation contre l’occupation, il y avait Milan Kazda, enfant terrible du film amateur des années soixante. Voici donc son destin après le 21 août 1968 ».

Cliquer sur Radio Praha pour l'article complet...

Radio Praha

La République tchèque dans l’Union Européenne

samedi 10 mars 2007, par Gilles

Extrait d'un article de Radio Praha

"Le retour en Europe. L'aboutissement des aspirations politiques tchèques des quinze dernières années. La fin définitive de la guerre froide. L'un des meilleurs événements dans la courte histoire de la République tchèque. La réalisation d'un rêve « impossible » pour toute une génération des Tchèques que la botte communiste avait contraint à se voir couper de l'Europe occidentale tel l'un des satellites du bloc soviétique... Dès ce 1er mai, la République tchèque, de concert avec neuf autres pays, est membre de l'Union européenne !"

Cliquer sur Radio Praha pour l'article complet...

Radio Praha

- page 1 de 2